Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 14:12
Conférence Fil d'Ariane France


Voici le lien de cette vidéo ICI
Repost 0
Published by senorita
commenter cet article
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 16:52
Un Impétigo est : pour certain qui on la science inné, il est provoqué par une contrariété à l'enfant par leur mère.   Pffffffff !!
Et non tout faux:  c'est ce gratter un bouton ou une plaie avec des mains sales, alors des bactéries ( staphylocoque ou stéptrocoque) peuvent s'introduire et provoquer un impétigo.

Ces bactéries s'introduisent dans la peau à travers des lésions diverses dues par exemple à de l'eczéma, des égratignures et des piqûres d'insectes. Elles provoquent une éruption de bulles translucides. Au bout de quelques heures, celles-ci se troublent et deviennent des pustules qui éclatent, se dessèchent puis forment une croûte jaunâtre.

Le traitement consiste à désinfecter les lésions avec un savon ou une lotion antiseptique puis à les traiter avec une pommade antibiotique. De plus, le médecin peut être amené à prescrire à votre enfant des antibiotiques par voie orale en cas d'affection sévère et un traitement complémentaire en cas d'affection associée

Voila le cours est terminé et c'était gratuit.

 Quelle chance je ne suis aucunement fautive.
Repost 0
Published by senorita
commenter cet article
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 16:25
On demande a l'ASE de m'envoyer une autorisation pour les vacances des enfants, et voila ce que l'on m'a envoyé "la teneur du texte est pour moi du harcellement" pour d'autre je fantasmerai encore. jugez de vous même et donnez moi votre opinion:

Madame,

 

Comme il a été convenu avec Mme C...... ce jour, je vous transmets par mail le document à signer et nous retourner concernant l’inscription de T....... à la colonie organisée par le Groupe d’études et de vacances à Mimizan du 1er au 13 Août 2009.

 

Par ailleurs, conformément au dernier jugement en date du 4 Juin 2009, les visites au service B..........  Médiation étant annulées, et comme vous en ont informé les Services de l’ASE de Vallauris, nous n’y amènerons pas les enfants ce samedi 27 JUIN, et il n’y aura donc pas de visite.

 

C’est Mr D......., référent ASE du Département du Nord, qui est chargé de rechercher une nouvelle structure pouvant assurer ces visites.

 

Dans cette attente, veuillez agréer, Madame, l’expression de mes sincères salutations.

 

Le Directeur,

D. W............

 


Secrétaire de direction
Village d'enfants SOS de Marly les valenciennes
Tél : 03.27.29.08.06
http://www.sosve.org


En reponse a ces personnes je viens d'apprendre que ce n'est ni a l'ASE, ni a moi de faire cette recherche, mais la juge de mon secteur devait mandater un juge sur valenciennes afin de trouver et nommer une médiation apte a nous recevoir et nous suivre. Ceci est la demarche légale!!

Repost 0
Published by senorita
commenter cet article
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 16:40

Voila a quoi ce résume mes 3 h de visites dans
le nord 1 fois par mois et 2400 km dans la journée

  De longues attentes sur le quai des gares
Dans le froid et les courrant d'air, et courrir avec
le bébé dans la poussette, le petit de 5 ans et les bagages
quand les trains changent de quai au dernier moment
et qu'ils sont en retard ou ne passent pas du tout.
On excuse un papa qui ne va jamais voir son fils depuis plus de 14 mois( il habite a moins de 30 km) en lui pretextant de grave probleme,  mais on ne prend pas en concidération mes propres problemes, fatigue pour nous tous, le stress causé aux petits, et mon état de santé et moi je n'ai manqué aucune visites.


"art.350 du code civil"
parent qui se désintéresse d'un enfant 
pendant plus d'un an
L'ASE a l'obligation de saisir le tribunal



Je laisse un droit de réponse aux personnes concernées par cet article, mais les comentaires anonynes, irrévérencieux, agressif ne seront pas publiés.

Repost 0
Published by senorita - dans Abus
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 06:51
On a beau tout faire ou dire pour faire ferner mon blog, il est la et il le restera, et ci ce n'est pas celui la ce sera un autre, et j'en ouvrivrai autant qu'il le faut. 
Sur ce blog il n'y a accune accusation j'y rapporte l'injustice que j'ai vécu jusqu'a ce jour.
Ses abus doivent etre révélés, pour que cela ne ce reproduise pas sur d'autres parents et enfants.
Pour le moment je reste calme et pausé mais n'abusez de ma patience.
Je suis soutenu et je fait tout dans la légalité.

Senorita : Catherine .T
Article 10 -       Texte des droits de l'homme
Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontière.

Repost 0
Published by senorita
commenter cet article
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 08:44

Les coup de fil recommence a être irrégulier chaque mardi a 18 h normalement et l’on m’appel sur le téléphone fixe sachant pertinemment que je suis absente en période de vacance vu que me je déplace pour la visite dans le nord, et le reste du temps ils m’appel sur le portable alors que je suis chez moi, en abrégeant la conversation avec mes enfants celle ci ne durant pas plus de 5 minutes.

La semaine dernière je n’est pas eu de coup de fil, soit disant je n’était pas la ? Bah voyons !! Et le téléphone portable ils savent le faire sonner d’habitude et j'était au domicile a attendre.

Ce mardi 5 mai. Et voila cela continue encore je suis a mon domicile et ils m'appels sur le téléphone portable et ne laisse sonné que 2 sonneries, continué ainsi a vous moquez du monde ça va régler au mois de juin.
Et encore un appel non éffectué mardi 20 mai !!


Je laisse un droit de réponse aux personnes concernées par cet article, mais les comentaires anonynes, irrévérencieux, agressif ne seront pas publiés.

Repost 0
Published by senorita - dans Abus
commenter cet article
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 08:27
Et ça continu !!
On passe au dessus de mon autorité parental, en effet je viens d’apprendre que mes deux petits partent en vacance, l’un en Normandie et l’autre en stage équitation dans les Vosges pendant une semaine, sans aucune autorisation de ma part, ( et pourquoi les séparent on) je n’ai eu aucun document a ma connaissance à signé et n’ai pas été informé de ce voyage. Cela va-t-il durée encore longtemps que me cache t il d’autre, qu’inventeront il en cas d’accident de cheval qu’il est tomber de ça chaise ou autre il ai déjà arrivé avec de nombreuse contusion au visage lors de la dernière visite. Il serai tombé soit disant en arrière, alors comment ce fait il qu’il soit blessé entre l’arcade et la bouche bizarre non !! Et l’autre petit c’était le mois dernier blessé à l’œil et aucune information à ce sujet ne met parvenu. On t il des choses a me dissimuler, un parent on lui aurai déjà placé son enfants pour maltraitance et les institutions quel sont les sanctions, ont ils tous les droits sans être inquiété, qu’elles excusent vont-ils inventé de toute pièce ce coup ci.


Je laisse un droit de réponse a ses gens, mais les comentaires anonynes, qui démontre le peu de courrage qu'a celui qui les écrits ne seront pas publiés.
Repost 0
Published by senorita - dans Abus
commenter cet article
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 12:16
Le mode de vie normal d’un enfant placé hors de sa famille devrait être, selon la déclaration des droits de l’enfant de l’ONU, « une famille d’accueil, capable de lui assurer l’éducation, l’instruction et les relations affectives dont il a besoin ».
L’« assistante maternelle » agréée, choisie et rémunérée par l’administration est donc une meilleure solution que le foyer.
Une solution encore meilleure est le « parrainage » : l’administration n’intervient pas ; une association met en présence l’enfant, ses parents et la famille d’accueil ; ils se choisissent librement ; la famille d’accueil Le parrainage est couramment pratiqué à l’étranger : plus de 500 000 enfants en bénéficient aux États-Unis, 41 000 au Royaume-Uni.
En France moins de 1 500 enfants sont parrainés. pourquoi le parrainage ne s’était pas développé en France : « Malgré la caution apportée par trois ministres.
Bon nombre d’enfants vivant en établissement, qui pourraient bénéficier d’un parrainage. Pourquoi donc n’applique ton pas les instructions ministérielles préconisant de confier à des parrains les enfants placés qui dépendent d’eux.
Ségolène Royal, ministre de la Famille, présenta en mai 2001 au conseil des ministres un plan prévoyant de diminuer de moitié le nombre d’enfants placés en foyers.
La France
dépense dix fois plus que les États- Unis par tête d’habitant pour la protection de l’enfance, avec des résultats très inférieurs.
Car notre pays applique encore le principe énoncé par Danton : « les enfants appartiennent à l’État avant d’appartenir à leurs parents ».
Il y a des choses a changer en france qui le plus mauvais elève mais faut il le vouloir, il y a certainement encore d'autre solution auquel il faudrait réfléchir, comme apporté une aide ponctuel à domicile, pour ses familles sans grand danger, ce qui serrai moins coûteux et bien largement suffisant, plutot que créer de grande fracture au sein des familles, avec des blessures qui reste marqué a vie et souvent inutile.
Repost 0
Published by senorita - dans Droit
commenter cet article
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 08:39
Se servirait on des uns contre les autres. Si une personne sans autorisation du juge ne peut soit disant assister à une visite en médiation. Alors pourquoi Messieurs laisse t’on une autre personne qui lui est étranger a la famille et auprès du juge, venir approcher mes enfants. Car à ce jour il ne m’a été remis aucune copie du juge autorisant cette personne à se présenter aux visites à Marly. Jusqu’à maintenant les amis (copain) ou autre n’ont jamais été de la famille proche (ni famille recomposé). Encore une leçon à prendre pour des gens qui ce disent respecter la loi.


Je laisse un droit de réponse aux personnes concernées par cet article, mais les comentaires anonynes, irrévérencieux, agressif ne seront pas publiés.
Repost 0
Published by senorita - dans Abus
commenter cet article
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 00:54

Les enfants devraient grandir dans leur famille. Celle-ci, en cas de crise ou de difficultés, devrait recevoir de la part des autorités publiques une aide lui permettant de résoudre ses problèmes et qui soit adaptée à chaque situation spécifique.
Dans certaines situations, néanmoins, les parents sont dans l'incapacité d'élever leurs enfants ou représentent un danger pour eux. L'enfant et ses parents doivent alors être séparés soit avec l'accord des parents soit sur décision de justice.
Le placement doit rester une exception, une solution temporaire - la plus courte possible -, envisageable seulement si toutes les conditions requises sont réunies et si l'objectif premier de cette décision est l’intérêt supérieur de l'enfant, avec à la clé une intégration ou une réintégration sociale rapide et réussie. Le but du placement doit être le développement et l'épanouissement de l'enfant, dont l'opinion doit être prise en compte selon son âge et son degré de maturité.
La protection et le bien-être de l'enfant, fondés sur ses droits - dont ceux de l'enfant placé en institution -, sont une priorité du Conseil de l'Europe, comme l'affirme la Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution.
Les effets néfastes des institutions sur le développement de l'enfant ayant été prouvés, l'objectif est de prévenir ce type de placement et de réduire le nombre d'enfants placés en développant des solutions alternatives.

<Droits des enfants Placés>

Constitution Européenne des Droits de l'Homme

Article 8 - Droit au respect de la vie privée et familiale

1 - Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance.

2 - Il ne peut y avoir ingérence d’une autorité publique dans l’exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu’elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l’ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d’autrui.

En France, 150 000 enfants sont placés à la suite de décisions administratives ou judiciaires : c’est davantage, en proportion, que dans de nombreux autres pays d’Europe.

A l’occasion de la préparation de la session spéciale de l’assemblée générale des Nations Unies de septembre 2001 consacrée aux enfants et en application, notamment des articles 9 et 27 de la Convention internationale relative aux Droits de l’Enfant (CIDE), de l’article 8 de la Convention européenne des Droits de l’Homme et de la législation française en vigueur, en particulier de l’article premier de la loi d’orientation relative à la lutte contre les exclusions, la Commission nationale consultative des droits de l’homme rappelle que tout doit être fait pour permettre aux enfants d’être élevés par leurs parents, en raison de quoi les soutiens doivent être orientés d’abord vers l’ensemble de la famille.



La Commission national consultative des droits de l'homme rappelle l’exigence de respecter les droits des familles et des enfants, en particulier :

-  en garantissant l’effectivité à leur égard de tous les droits fondamentaux, tels que rappelés à l’article premier de la loi d’orientation relative à la lutte contre les exclusions ;

-  d’utiliser toutes les mesures possibles de prévention avant de recourir au juge ;

-  en introduisant le contradictoire dans les procédures d’assistance éducative :

les familles doivent pouvoir accéder à leur dossier avant l’audience et à tout moment de la procédure ;

le juge doit les informer, dès la première convocation, qu’elles ont cette faculté et qu’elles peuvent, pour cela, se faire accompagner ; outre les avocats cet accompagnement pourra être effectué par des personnes, associations ou organismes habilités pour cela et dont la liste sera jointe à la convocation de la famille ;

l’assistance d’un avocat doit être obligatoire en appel, en cas de placement exceptionnel à la naissance et dans les situations où il apparaît au juge que les intérêts d’un enfant qui n’est pas en âge de s’exprimer sont contraires à ceux de ses parents ;

si le juge sent qu’il se trouve avec la famille dans une situation d’incompréhension forte, de tension trop grande ou de conflit, il doit avoir l’obligation de conseiller à la famille de recourir à l’assistance d’un avocat ;

l’avocat doit pourvoir obtenir copie des pièces du dossier et pas seulement le droit à consultation sur place ;

les avocats ainsi sollicités doivent être particulièrement formés à la connaissance des personnes en situation de précarité (puisqu’elles sont majoritaires dans ces procédures), au dialogue avec elles et au droit de la protection de l’enfance ;

lorsqu’un placement provisoire a été ordonné en urgence, sans audition préalable de la famille, le juge des enfants doit avoir l’obligation de recevoir la famille dans un délai de 15 jours, faute de quoi les enfants sont remis à la famille ;

le code de procédure civile doit prévoir une procédure d’appel en urgence et les cours d’appel doivent être dotées des moyens d’examiner les appels d’ordonnances de placement provisoire dans un délai de moins de 3 mois, faute de quoi les enfants seront remis à leur famille.

Dans le cas où une séparation s’avère néanmoins nécessaire, notamment en application de l’article 19 de la CIDE, la Commission demande que soient recherchées des solutions alternatives diversifiées qui permettent de sortir de la logique binaire dénoncée par le rapport Nave-Cathala (placement ou AEMO), en s’appuyant sur les expériences novatrices déjà menées.

Elle réclame :

que la loi concernant la non séparation des fratries en cas de placement (loi du 30 décembre 1996) soit rigoureusement appliquée ;

que le lieu de placement des enfants soit le plus proche possible du domicile de leurs parents (art. 135 de la loi d’orientation relative à la lutte contre les exclusions) et que soient prises en compte leurs difficultés éventuelles de déplacement pour maintenir les liens avec leurs enfants (difficultés financières ou autres) ;Modifie Code civil - art. 375-7 (M)
 

que soit respectée la place des parents à tous les stades de la procédure ;

que soient interdits les placements à la naissance, sauf nécessité impérieuse et dûment motivée et jamais effectués selon la procédure d’urgence (la naissance n’étant pas un fait imprévisible qui ne permettrait pas d’entendre les parents) ;

que les placements à la naissance qui auront néanmoins été ordonnés fassent l’objet d’un réexamen dans les 15 jours puis dans les 3 mois ;

que les placements en urgence effectués sans audition préalable ni des parents ni des enfants soient limités strictement aux cas d’urgence avérée, fondée sur des faits précis.

La Commission attire l’attention sur le risque de comportements destructeurs qui consistent à changer un enfant de famille d’accueil dès qu’un attachement trop fort se manifeste. Cet attachement est nécessaire au développement et à l’épanouissement de l’enfant et doit pouvoir se vivre sans concurrence avec la famille d’origine à laquelle l’enfant est également attaché, à condition qu’il soit élevé dans le respect de sa famille d’origine - et non dans le mépris à son égard - et dans la compréhension claire de la place de chacun.

 

http://www.cncdh.fr/article2571.html?id_article=179

Repost 0
Published by senorita - dans Droit
commenter cet article

Présentation

  • : Association SOS Parents Abusés © Créé le 2 janvier 2009
  • Association SOS Parents Abusés © Créé le 2 janvier 2009
  • : A l'origine les villages SOS ont été créé, pour recueillir les enfants orphelins. les responsable du villages de Marly les valenciennes ce comporte de la même façon pour les enfants qui ont encore des parents, pour cela les éloigner et tous les prétextes sont bon. Mon combat récupérer mes enfants, placés par la justice, et en famille d'accueil dans ce Villages SOS. C'est une lutte silencieuse à armes inégales © Chaque année des milliers de familles sont brisés par ce système
  • Contact

SOS Parents abusés

Chaque année des milliers de familles ce retrouvent confrontés au placement abusif des leurs enfants sans danger ni maltraitance, juste sur des risques potentiels ou suspicions, déclenché sur de simple dénonciations calomnieuse. Ce climat hostile a généré ses dernières années met un doute sur les réels motivation du service de la protection de l’enfance.
Cela met en danger tous ces enfants en pertes de repères et met inutilement en souffrance des familles, cela coûte chaque année des milliards, comme nous le fait remarqué la cour des comptes.
Seule a penne 20% des placements effectués cet avéré de la maltraitance, mais on maintien malgré tout, les autres enfants placés souvent dans des conditions psychologique déplorable, qui est apparenté a de la maltraitance « institutionnel ».
Les parents ce mobilisent pour faire respecter leurs droits et ceux de leurs enfants et maintenir un lien que certains essais de détruire coûte que coûte, par ses services qui ce disent protéger les enfants, en ne respectant pas leur droit de visites, téléphonique, s’opposant au rapprochement, mais aussi en ne respectant les personnes qu’ils sont.©

Web Radio des Parents

Votre radio sur Facebook


Pages